Environ 9 400 nouveaux cas de cancer la prostate ont été détectés en Belgique en 2012.

Le cancer de la prostate arrive en 3e position des causes les plus fréquentes de décès du cancer chez les hommes en Belgique.

En Belgique en 2012, 1,913 hommes sont décédés suite à un cancer de la prostate.

 

Qu'est-ce que le cancer de la prostate ?

La prostate est une glande située juste en dessous de la vessie, en face des intestins. Elle produit un fluide qui protège et enrichit le sperme.

Le cancer de la prostate survient lorsque certaines des cellules prostatiques se reproduisent bien plus rapidement que d'habitude, ce qui donne ainsi lieu à une tumeur. Si elles ne sont pas traitées, les cellules cancéreuses sont susceptibles de se propager de la prostate à d'autres parties éloignées du corps, notamment aux ganglions lymphatiques et aux os, en donnant naissance à des tumeurs secondaires dans un processus connu sous le nom de métastase.

L'un des aspects les plus inquiétants de la maladie réside dans le fait que la plupart des cancers de la prostate se développent sans que les hommes ne ressentent au départ aucun symptôme


 

Informez-vous sur les facteurs de risque

Le cancer de la prostate ne touche que les hommes, étant donné que les femmes n'ont pas de prostate. Les facteurs de risque dans le développement de la maladie comprennent :

Âge
Plus un homme est âgé, plus il est susceptible d'être diagnostiqué d'un cancer de la prostate.

 

Antécédents familiaux
Un homme dont le père ou le frère a développé un cancer de la prostate a deux fois plus de chances de développer la maladie.

 

Appartenance ethnique
Plus de cas chez les hommes noirs africains et afro-antillais.

 

 

Symptômes, dépistage et traitement

Les symptômes

Tout le monde ne ressent pas les symptômes du cancer de la prostate. Il arrive souvent que les signes d'un cancer de la prostate soient décelés en premier par un médecin lors d'un examen médical de routine.

Toutefois, certains hommes remarqueront des changements dans leur fonction urinaire ou sexuelle susceptibles d'indiquer la présence d'un cancer de la prostate. Ces symptômes comprennent :

  • Un besoin fréquent d'uriner, notamment la nuit
  • Des difficultés à commencer à uriner ou à se retenir d'uriner
  • Un flux d'urine faible ou interrompu
  • Une urination douloureuse ou qui brûle
  • Des difficultés à avoir une érection
  • Une éjaculation douloureuse
  • Une présence de sang dans l'urine ou le sperme
  • Une douleur ou une raideur fréquente dans le bas du dos, les hanches, ou le haut des cuisses

Les mesures à prendre

Si vous avez des doutes ou que vous ressentez certains de ces symptômes, il est important que vous contactiez votre médecin.

 

Se faire dépister

L'objectif du dépistage consiste à détecter le cancer de la prostate au plus tôt, avant que la maladie n'évolue. Il existe deux tests couramment effectués dans le cadre d'un premier dépistage, et en fonction des résultats de ces tests, il se peut que vous soyez envoyé chez un médecin spécialisé en vue d'effectuer une biopsie.

Le toucher rectal (TR)
Le TR consiste à ce que le médecin introduise un doigt ganté dans l'anus, où il est possible de sentir une partie de la surface de la prostate.

 

Le test de dépistage de l'APS (APS)
Le test de dépistage de l'APS recherche la présence d'une protéine dans le sang qui est spécifiquement produite par les cellules prostatiques.

 

Biopsie
En fonction des résultats de votre test, il se peut que vous soyez envoyé chez un urologue en vue d'effectuer une biopsie. Il s'agit de la seule façon permettant de déterminer la présence éventuelle du cancer.

 

Nous vous recommandons de discuter de votre situation avec votre médecin afin de décider si le dépistage vous convient. Ensemble, vous pourrez choisir la meilleure démarche à suivre.

Afin de faciliter cette discussion, nous avons travaillé avec la Société Internationale d'Urologie sur un outil visant à aider les hommes et leur famille à aborder le processus décisionnel plus facilement.

Télécharger l'APS : Se faire dépister ou ne pas se faire dépister ? (PDF)

 

Options de traitement

Si on vous a diagnostiqué un cancer de la prostate, il est important de garder à l'esprit qu'un grand nombre de cancers de la prostate sont à évolution lente et sont susceptibles de ne pas avoir besoin d'intervention chirurgicale, ni d'autres traitements radicaux. Les options de traitement comprennent :

  • Une surveillance active
  • Une prostatectomie
  • Une radiothérapie
  • Une hormonothérapie
  • Une chimiothérapie

Si on vous a diagnostiqué un cancer de la prostate

Prenez le temps de vous informer sur les différentes options de traitement. Prenez une décision éclairée en demandant l'avis de professionnels de la santé et de sources dignes de confiance.

 

Effets secondaires

En fonction du traitement que vous suivez, il se peut que vous ressentiez certains des symptômes suivants :

  • Incontinence (fuite urinaire involontaire)
  • Dysfonction érectile (difficultés à avoir ou à garder une érection)
  • Prise de poids due à l'hormonothérapie

La durée de ces effets secondaires varie en fonction des personnes.

Puisque l'un des effets secondaires du traitement peut comprendre une dysfonction érectile, le cancer de la prostate peut avoir de graves répercussions sur les relations intimes. Comme de nombreuses personnes ayant vécu cette expérience vous le diront, le cancer de la prostate n'est pas seulement une maladie masculine, mais aussi une maladie du couple. Assurez-vous de faire participer votre partenaire au choix des différentes options de traitement.

Si vous ressentez des effets secondaires

Il existe des traitements et des mesures que vous pouvez prendre pour gérer un grand nombre de ces effets secondaires.


 

Pour demander une copie de nos références, veuillez contacter references@movember.com